lundi 1 octobre 2018

"Débat" sur la PMA : viol avec résistance

Forcer la nature, est-ce le rôle du politique ? Les dérives auxquelles nous assistons depuis quelques années sont inquiétantes : alors qu'on attend des autorités une plus juste répartition des richesses, l'encouragement du travail, la création d'activités économiques, la paix sociale, la protection de la nature, des conditions de sécurité élémentaire ..., elles décrètent des modifications virtuelles de la nature. Une femme peut se marier avec une femme, un enfant peut être fabriqué sans homme, il doit pouvoir grandir sans père, l'observation de tendances naturelles majeures est interdite (inclinaison "genrée" vers certains métiers, sensibilité "genrée", aptitudes "genrées" etc.) et doit être combattue...
On nous assène aujourd'hui une soi-disant opinion publique favorable à la PMA (procréation médicalement assistée) pour tous : elle l'est déjà, mais avec des conditions qui écartent les couples de femmes, voilà encore l'affaire.
Faut-il réorienter les élus vers leur vraie mission ? Voici un témoignage intéressant, en pleine réunion de militants de la République en Marche à Rennes
(Photo : sculptures Goliath et David, parc des Pères, Piré/Seiche) 

mardi 25 septembre 2018

Notre liste d'union à l'élection européenne


Lors du congrès de son parti Debout la France dimanche, Nicolas Dupont-Aignan a annoncé que oui, il allait conduire une liste d'union à l'élection du 26 mai prochain. Accompagné de Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate, de Véronique Besse, Mouvement pour la France (Philippe de Villiers), de Bernard Monot, député européen, Bruno North président du CNIP, ... et devant plus de 1600 participants, il a présenté les raisons de cette union, les bases de la plateforme commune des amoureux de la France. Avec toute une délégation du PCD, Marie de Blic, secrétaire générale, a tissé des liens nécessaires pour la campagne à venir

jeudi 20 septembre 2018

En marche vers une autre destination et les yeux ouverts

Combien de temps faudra-t-il aux lecteurs (électeurs, téléspectateurs, observateurs, abstentionnistes ou manifestants), pour réaliser qu'ils ne voient de "l'actualité" que ce qu'on décide de leur montrer ?
Qui a remarqué que la France avait tellement maudit la Russie que celle-ci semble désormais se tourner vers la Chine dont les intérêts ne sont sûrement pas les nôtres ?
Qui a remarqué que le solde de notre balance commerciale est durablement déficitaire alors que l'Allemagne caracole avec un excédent de 250 milliards d'euros, suivie des Pays-Bas, de l'Italie et de l'Irlande !
Qui a remarqué que les soi-disant alliés du Golfe Persique ont un rôle trouble dans les guerres en Somalie, Erythrée, pratiquent la peine de mort, et de nombreuses injustices inadmissibles aux yeux d'un Français ?
Qui a remarqué que les Etats-Unis d'Amérique, dont le président est régulièrement maudit en France, ne se souciaient plus des intérêts français, mais des leurs ?
Qui a remarqué que la fuite en avant dite sociétale de la GPA allait favoriser les riches et organiser un esclavage caché ?
Qui nous cache les résultats politiques de l'inaction présidentielle sur les sujets risqués que sont les migrations, le partage des richesses, la souveraineté de notre pays, notre sécurité ensemble ?
La prochaine élection européenne sera la seule occasion de le dire : nous sommes Français !

vendredi 27 avril 2018

Macron, homme à deux têtes ?

Le Président de la République est sur tous les fronts "en même temps", croit-on. Et pourtant, il manque cruellement le front de la France, qui nécessiterait courage, persévérance, audace, écoute, confiance dans ses subordonnés.
La réforme de la SNCF ? L'évacuation de la ZAD Notre-Dame des Landes ? Des frontières protégeant notre pays qui enregistreraient les passages ? Des essais qu'on n'ose pas conduire jusqu'à la réussite ?
L' hommage présidentiel au Colonel Beltrame prononcé aux Invalides témoigne peut-être d'une admiration, en tout cas d'une exhortation au réveil et à l'amour de notre pays.
Mais, Mr le Président, si nous ne doutons pas de votre audace, quand pourrons-nous admirer votre courage, votre persévérance, votre capacité à vous sacrifier pour notre pays ?
Il en est un autre, un "patriote tranquille, aussi attaché à l’indépendance de la France que conscient des enjeux communs auxquels tous les Européens doivent faire face" aujourd'hui : un homme d'Etat dont notre pays a besoin et qui a déjà beaucoup sacrifié. Vous devriez lui faire appel car vous le connaissez  depuis longtemps et honnêtement, vous avez des points communs